«

»

Avr
02
2012

Comment choisir un chien pour vivre en famille ?

Comment choisir un chien de compagnie pour vivre en famille?

 

 choisir un chien, comment, faire, famille, choix

 

Que ce soit un coup de cœur, le destin ou un choix réfléchi, vivre avec un chien, est une responsabilité. Et si la plupart du temps il s’agit d’un bonheur inestimable, il se trouve que c’est parfois un peu compliqué. (Voir mon article sur le choix d’un chien en fonction de son mode de vie)

 

Choisir un chien demande de se poser plusieurs questions :

  • Comment choisir la race ? Demander conseil auprès d’éducateur canins, d’éleveurs, de refuges, de vétérinaires, s’adonner à quelques lectures, etc.
  • A quel âge l’adopter ? S’assurer de son espérance de vie. Que ferais-je dans 10 ans? Voudrais-je toujours d’un chien ? Suis-je prêt à m’occuper d’un chiot ?, etc.
  • Le sexe ? Suis-je sportif, sédentaire, autoritaire ou laxiste ? De façon générale les femelles sont plus calmes que les mâles.
  • Pourrais-je lui offrir une vie confortable ? (nourriture, cadre de vie, etc.)
  • Pourrais-je m’assurer de sa santé ? Ai-je les moyens ? Saurais-je voir les symptômes ?, etc.
  • Voudrais-je l’emmener partout avec moi ? Y compris en vacances, en voiture, dans les magasins, au restaurant, etc.
  • Mais surtout ai-je le temps de m’en occuper ? Pourrais-je lui proposer toutes les activités dont il aura besoin ?

 

chiot, choisir, où le prendre, comment

1 – L’espérance de vie d’un chien varie selon sa taille (et donc de ce fait de sa race), de la nourriture que nous lui donnons, de là où il vit (en intérieur ou en extérieur), des maladies qu’il pourrait contracter, etc.

L’espérance de vie moyenne des chiens est de 10 à 15 ans.

 

2 – Le coût d’un chien est lui aussi déterminant ; l’achat dans un premier temps, il peut être gratuit ou s’élever à quelques milliers d’euros. Mais attention, vouloir faire des économies sur l’adoption d’un chien peut parfois s’avérer être un mauvais calcul.

 

– Le chien/chiot gratuit : un chiot donné d’une portée d’un particulier, n’apporte bien souvent aucune garantie sur l’animal que soit sur le lignage, les soins vétérinaires ou la socialisation. Il faut essayer d’obtenir le plus de garanties possibles, autrement c’est un peu « la loterie » : soit les propriétaires ont des garanties solides sur leurs reproducteurs (chiens équilibrés et stables, conditions et cadre de vie adéquat, chiens au LOF), soit la portée est faite sans trop de contrôle voire aucun et à ce moment là vous prenez davantage de risques avec un chiot potentiellement « instable ».

Prix : En général pour un chien gratuit ou contre un « petit don », les frais de vaccination et d’identification sont souvent à la charge de l’acquéreur.

 

– L’animalerie : Qui n’a jamais craqué en passant devant une vitrine dans une animalerie ? Pourtant cet espace de vente n’est pas forcément très adapté à la vente de chiens ou de chiots.

  • On ne connaît pas toujours la provenance du chien. Ce sont parfois des « fins de stocks d’éleveurs », de particuliers, etc.
  • Les vendeurs manquent malheureusement souvent de formation et d’expérience dans l’univers canin. Ils ne sont donc pas toujours à même de vous conseiller au mieux.
  • Les chiots ont besoin d’exercices, d’activités, de promenades, et tout ceci est bien trop souvent exclu pour les chiots qui passent leur temps en « vitrine » (Par manque de moyens, de temps, de volonté ou de compétences).
  • Les prix sont souvent aussi élevés que dans les élevages sans en avoir les garanties et la qualité. On note également la tendance aux « promotions sur les chiots » à grand coup de publicités. Est-il décent de solder une vie ?

L’ennui donc avec ces établissements, c’est qu’ils jouent d’une part sur le côté commercial et vendeur du chiot et d’autre part sur l’aspect émotionnel que suscite le chiot. Malheureusement, il arrive bien trop fréquemment que des personnes adoptent un chiot sur un coup de tête, attirées par les « promotions » ou la frimousse attrayante d’un jeune chiot plein de vie. Tout cela avant de se rendre compte quelques semaines ou mois plus tard que le chiot a grandi, qu’il mange trop pour le budget de la famille, qu’il fait des bêtises, etc.

Puis le chien repart à l’adoption.

C’est principalement pour éviter que de personnes qui ne sont pas prêtes à adopter un chien, adoptent à un moment de leur vie où ils n’ont pas le temps ou les moyens de l’assumer qu’il faut éviter ce « type de vente ».

Prix : proche des prix éleveurs (400€-1200€ en moyenne) Identification parfois en supplément.

 

– Les refuges et associations de protection animale : Cette option peut être un choix volontaire. Vouloir « sauver » un chien d’une vie de refuge est un choix militant et engagé, mais ce choix peut s’avérer plus contraignant, les chiens ont aussi leur vécu et certains ont parfois subi des traumatismes physiques ou psychiques.

 

Aujourd’hui ces centres tendent à être des lieux de conseils et d’adoptions adaptés aux adoptants. Leur principale préoccupation est d’obtenir l’adoption d’un de leurs pensionnaires, en souhaitant ne jamais le voir revenir. C’est pourquoi il est très intéressant de faire appel à un éducateur-comportementaliste canin dans ce genre de situation, celui-ci permet d’accompagner les choix que vous pouvez faire et trouver le chien qui vous correspond. Renseignez-vous donc avant de vous lancer dans l’aventure !

Prix : Dépend parfois de l’âge du chien, du sexe (les femelles étant plus chères). La stérilisation, la vaccination et l’identification des animaux étant obligatoires à l’entrée au refuge, ce sont autant de prestations déjà comprises dans le prix d’adoption. Les adoptions sont souvent acceptées sous forme de dons lorsqu’il s’agit d’associations, cela peut varier de « gratuit » (don en nourriture, matériels, etc.) à environ 300€ (200€ en moyenne). Mais libre à chacun de faire un don pour le refuge ou l’association.

 

– Les élevages : Professionnels de la « production » de chiens, ils sont les plus qualifiés pour vous proposer des chiens à l’adoption.

C’est avant tout le choix de la raison, un bon éleveur saura vous conseiller et vous guider vers le chien qui vous correspond le mieux. Travaillant en affixe, sous contrôle des chambres d’agricultures et des services vétérinaires départementaux, ils exercent leur métier dans des règles sanitaires strictes. Habitués des concours, récompense de leur excellence, ils tendent à élever leurs chiens dans les meilleures conditions.

Il faut cependant se méfier des prix trop attractifs, des locaux insalubres, semblant mal gérés ou des élevages multi races. Un bon éleveur se consacre en général à une seule race, voir deux, donc si l’on recherche un chien de très bonne lignée, fiable et équilibré, il faut éviter les élevages multi races. S’occuper d’un élevage implique de parcourir sa région ou le territoire entier dans des concours canins, de sélectionner des lignages, de reproduire les meilleurs éléments de sa meute afin d’en offrir le meilleur en matière d’esthétique, de physique et de mental.

Ce travail évolue évidement en fonction du nombre de chiens que contient l’élevage. Un bon élevage ne produit pas un très grand nombre de chiots par an.

Il faut donc rester vigilant, se renseigner sur un élevage avant d’adopter : visiter l’élevage, s’entretenir avec l’éleveur ou essayer d’obtenir des retours d’adoptants, etc.

Prix : Variable selon le sexe, la race évidement, la qualité/réputation de l’élevage, etc. Tout comme les refuges et autres associations, les éleveurs sont tenus d’identifier et de vacciner les chiots avant de les proposer à l’adoption. Grossièrement les prix peuvent varier de 500€ à quelques milliers d’euros.

 

3 – Les frais vétérinaires représentent une bonne partie du budget que l’on doit consacrer à son chien. Comptez pour les frais de stérilisation de 100€ à 200€, les vaccins environ 60€ pour le cocktail de base et davantage pour la protection contre la maladie de Lyme, la piroplasmose, la rage, etc.

Pensez également aux détartrages, otites, conjonctivites et autres « bobos ». La facture annuelle peut-être élevée veillez donc bien à pouvoir assumer ces dépenses.

Enfin gardez à l’esprit que la prévention est toujours bénéfique et cela débute par une bonne alimentation.

 

Hills, prescription diet, i/d, croquettes, chien

Croquettes médicalisées - Hill's i/d. © Florent Leydet

– La nourriture est l’élément de base des « soins » après l’eau. Une bonne nourriture permet de réduire les frais de santé de votre animal et d’augmenter son espérance de vie (en bonne santé).

Une bonne alimentation distribuée précautionneusement garantie un apport suffisant en nutriments, vitamines et autres éléments indispensables au bien être physiologique de votre chien. La nourriture haut de gamme (Proplan, Royal canin, Hill’s, etc.) est faible en graisses, cela permet d’une part de prévenir la prise de poids mais aussi de limiter les maladies cardiovasculaires, le diabète, les gastrites, le tartre, les problèmes rénaux, etc. La distribution de croquettes haut de gamme est l’une des meilleures solutions d’alimentation. On considère que les prix tournent autour de 6 à 10€ le Kg.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.