«

»

Fév
25
2015

Le chien – alimentation et intolérances

Le chien – alimentation et intolérances

 

croquettes, chien

Je n’en ai jamais parlé et pourtant les intolérances alimentaires touchent pas mal de chiens.

Déjà que c’est une galère incroyable chez les humains, je vous rassure, les allergies et autres intolérances chez le chien sont tout aussi amusantes…

 

D’expérience et de ce que j’ai lu la grande majorité des allergies alimentaires chez le chien sont dues aux protéines d’origines animales et notamment de bœuf.

Alors si le nombre « d’aliments » pouvant être la source d’intolérances sont nombreux, ce sont un peu toujours les mêmes composés qui en sont la cause…

 

 

Intolérance, allergie, irritation, quèsaco ?

 

Les troubles physiologiques liés à l’alimentation ne sont qu’une toute petite partie des « allergies » (5%), j’exclue ici les pollens et autres allergènes aériens, qui représentent une grande partie des allergies mais qui fera peut-être l’objet d’un autre article. Partant du principe que ce sont les protéines de bœuf, de lait et de poissons qui sont les plus « allergisantes » pour nos carnivores domestiques (chiens et chats, je ne suis pas calé en furets). Il peut-être intéressant de se questionner sur le fait que la nourriture industrielle, de part sa qualité et sa régularité conformiste peut du fait d’une exposition prolongée augmenter le risque d’apparition de certaines affections auto-immunes.

 

Intolérance : Inaptitude à digérer un aliment.

Allergie : réaction anormale et excessive du système immunitaire générée par un contact avec une substance généralement étrangère à l’organisme. On peut parler d’hypersensibilité.

Irritation : réaction provoquée par un contact répété de certaines substances pouvant mener au rejet de la substance ou d’une autre par l’effet de l’affaiblissement.

 

Si ces trois affections revêtent des expressions similaires elles ne se traitent pas forcément de la même façon et n’ont pour le coup pas forcément d’origines communes. Si l’intolérance est d’avantage génétique et/ou auto-immune, les allergies elles sont quasiment toujours auto-immunes alors que les irritations provoquent des effets secondaires s’apparentant aux précédents.

 

Les « aliments » courants

Comme dit plus haut, ce sont les protéines qui sont le plus souvent à l’origine d’intolérances ou d’allergies. Mais la difficulté avec les aliments industriels est de repérer « l’ingrédient » responsable du trouble. S’il est plus rare de rencontrer des réactions aux protéines végétales comme le gluten, cela n’est pas exclu totalement.

 

D’une manière générale, il est préférable d’éviter les aliments bas de gamme qui compensent leur pauvreté nutritionnelle par des lipides (gras) et des glucides (sucres). D’une manière générale ce ne sont pas des substances allergisantes, mais présentes en grande quantité elles ont tendance à affaiblir l’organisme et principalement le système digestif. Le fait est également que ces alimentations sont constituées en partie de sous-produits animaux, sabots, cornes, os, minerais et autres poussins broyés… Ceci n’étant pas vraiment une alimentation de qualité, la peau, les dents et le système digestif de l’animal en souffre.

 

Pour diagnostiquer une intolérance alimentaire, l’état physique de l’animal est souvent un bon indice !

 

Les manifestations physiques

Si votre chien se gratte avec excès, fait des selles anormales, présente des lésions cutanées récurrentes, des otites chroniques ou qu’il ingère un grand nombre de choses comestibles ou non, il est peut-être victime d’un désordre digestif.

Surveillez quotidiennement les selles de votre chien, qu’il soit malade ou en bonne santé. Que ce soit leur aspect, leur forme ou leur couleur, les selles sont toujours un indicateur essentiel ! Il peut également s’agir d’une gastro-entérite ou d’une indigestion, mais dans ce cas l’occurrence est plutôt passagère.

Attention quelle que soit la situation il est impératif d’exclure la potentialité d’une affection parasitaire. Si votre chien présente certains de ces symptômes, la présence de puces, de teigne, de gale, de ténias et autres parasitaires internes/externes doit être contrôlée.

D’expérience un certain nombre de chiens atteints d’intolérances peuvent présenter des réactions physiologiques de faim et/ou de destruction. Le sentiment physiologique d’une alimentation inadaptée pousse certains chiens à combler le « manque » par ce genre d’actions. Mais on ne peut pas exclure le fait qu’un affaiblissement du système digestif (alimentation pauvre, allergie, irritation, etc.) puisse entrainer une assimilation incomplète des nutriments.

 

Diagnostiquer une intolérance, une allergie ou une irritation.

Déjà il n’est pas à rappeler que vous ne devriez pas vous lancer seuls dans cette démarche. Que vous soyez accompagnés par des personnes formées en nutrition animale ou par un vétérinaire, le choix d’une alimentation adaptée n’est pas toujours inné.

 

Comme pour les humains, la seule vraie solution est de tester l’alimentation de son chien. Prendre la liste des ingrédients qui composent son alimentation actuelle et l’analyser consciencieusement. Repérer tout ce qui pourrait être susceptible de le faire réagir.

 

Changer ensuite son alimentation en faisant attention d’exclure certains des anciens composants pour repérer leur efficience.

Privilégiez les alimentations à base de poulet, de légumes et de vrais produits (riz, huile végétale, etc.).

 

Bien souvent d’une même marque/gamme il suffit qu’une présence infime subsiste pour déclencher des réactions. C’est pourquoi il faut absolument contrôler drastiquement les compositions et surtout éviter tout écart à son chien le temps de le tester.

 

En règle générale il faut 10 à 15 jours pour observer des résultats efficients.

Dans le cas d’une irritation, si elle fait suite à l’ingestion d’un objet ou de nourriture ayant perturbé son transit, le retour à une alimentation contrôlée doit permettre d’observer une amélioration.

Si pour une raison ou une autre votre animal présente du sang dans ses selles ou ses urines, il n’est pas question de tarder. L’hémorragie lors de l’élimination n’est pas normal et peut être le révélateur d’un trouble grave!

 

Conclusion

Si votre chien présente des symptômes physiques ou physiologiques vous laissant penser à une allergie, n’hésitez pas à consulter.

 

Quelques sources :

 

10 Mythes sur l’allergie alimentaire – C. Senay , Janvier 2014

 

Etude de l’allergie alimentaire à expression chez le chien et chez l’homme – thèse, Univ. Lyon I, 2002

 

1 commentaire

  1. Lisa a dit :

    Bonjour Florent,
    Nous appelons Lisa et Sara. Nous sommes les étudiants de huitième année en Ontario, Canada. En classe de français, on apprend comment analyser les blogues et nous avons choisi l’un par vous. Nous pensons que votre blogue est très informatif pour nous et ça aide les propriétaires de chien et les personnes qui veulent adopter un chien.
    Après que nous avons lu les billets, nous avons appris beaucoup plus de conseils pour prendre bon soin de notre chien Motas, qui est un bichon frisé.
    Nous aimons que vous avez beaucoup d’expérience avec les chiens et à cause de ça, nous pensons que vos conseils son fiables.
    A la prochaine!

    Lisa et Sara

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.