«

»

Fév
10
2014

Le statut juridique du chien, du chat et des autres animaux…

La place des animaux de compagnie et des autres animaux dans notre monde d’aujourd’hui

Sans titre

Notre société a beaucoup évolué, celle des animaux aussi : depuis peu un manifeste soutenu par de nombreux intellectuels Français tente de faire passer une loi d’harmonisation sur le sujet de l’animal et de son caractère vivant et sensible. Une grande avancée visant à faire modifier le statut juridique des animaux qui à mon sens ne devrait pas s’arrêter à nos seuls chiens et chats.

Alors pour une fois, gros pavé engagé aujourd’hui et comme chez Patawouf on n’est pas spécistes, on a beau vivre avec des carnivores, on en oublie pas pour autant les autres animaux qui nous entourent. Certains pourront trouver mes propos excessifs, d’autres ne pas me comprendre, mais je vous invite simplement à réfléchir et à suivre cet adage, ne fait pas à autrui ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse.

D’un sujet spécifique comme celui-ci j’aimerais amener à penser global car quel qu’il soit un être vivant mérite respect et liberté.

Edit:

A la veille du sommet de l’agriculture 2014 notre président François Hollande a affirmé ne pas vouloir remettre en question le statut juridique des animaux, effet d’annonce pour apaiser les acteurs du monde agricole ou réelle intention, le combat semble reparti pour un bout de temps…. Entre promesses, pirouettes politiques, apaisement des uns et déculpabilisation des autres,  les animaux vont visiblement encore avoir le temps de « profiter » de leur statut juridique… Restant donc peu de choses, les souffrances resterons acceptables aux yeux de tous…

http://www.huffingtonpost.fr/2014/02/21/francois-hollande-animaux_n_4830042.html

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1156596-hollande-ne-changera-pas-le-statut-des-animaux-une-discrimination-comme-une-autre.html

 

Statut juridique des animaux

Les animaux sont considérés par le code napoléonien comme des biens meubles, c’est-à-dire des objets pouvant se mouvoir seuls, mais restant des objets il est alors possible d’en disposer assez librement.

Pourtant la Loi n°76-629 du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature reconnaît le caractère sensible des animaux et le fameux article L 214 fait état de cette sensibilité et donc de l’impossibilité supposé de convenir à sa guise des animaux. Pourtant si nos animaux de compagnie et en particulier les chiens et les chats sont de plus en plus considérés comme de « vrais » êtres vivants et à ce titre défendus lors de procès pour mauvais traitements ou cruauté -Cf  la récente affaire « Farid de la Morlette » donne de l’espoir – dans les faits rien n’est vraiment assuré pour eux et les animaux de rapports destinés à l’abattage sont eux encore bien moins considérés.

Vous pourrez trouver une belle synthèse des lois et articles sur les chiens sur le site des SPA de France.

 

 

Le problème d’une application à l’ensemble du monde animal

L’enjeu majeur et sous-jacent est la défense des acquis des éleveurs, abattoirs, industriels et chasseurs qui se sont déjà maintes fois opposés à ces projets de lois car ils considèrent que reconnaître le caractère d’être vivant et sensible des animaux serait un préjudice à leurs activités. Cf. : définition de la discrimination « Action de séparer, de distinguer deux ou plusieurs êtres ou choses à partir de certains critères ou caractères distinctifs. Fait de distinguer et de traiter différemment (le plus souvent plus mal) quelqu’un ou un groupe par rapport au reste de la collectivité ou par rapport à une autre personne ». Déjà encadrés par de nombreux décrets, normes et lois, l’élevage d’abattage est un facteur majeur des réticences en la matière de protection animale. L’omniprésence des chasseurs et sociétés de chasses dans les municipalités rurales est, elle, un facteur politique incontournable.

La maltraitance animale est au cœur de la question, définir ce qu’est une maltraitance est en lien direct avec le ressenti supposé des animaux. Souffrent-ils des traitements que l’on leur inflige ? L’étude des sentiments et du ressenti de la douleur sur les chiens avance de plus en plus mais est insuffisante/inexistante chez d’autres animaux. Pas besoin de sortir de chez soi pour voir cette souffrance : de nombreux documentaires la retranscrivent, bien qu’il soit plus facile de détourner les yeux, mais alors pourquoi ? Être égorgé n’est pas un traitement acceptable et une façon « indolore » de mourir, être castré à la main sans anesthésie, se faire couper le bec ou encore vivre dans 20cm² n’est pas un traitement juste et bienveillant. La mort est alors un coût et rien d’autre.

Bien que la considération des animaux d’agrément comme êtres vivants semble pour notre société occidentale un enjeu important, tout du moins pour leurs détenteurs, ce n’est pas l’arsenal répressif en faveur de ces animaux « privilégiés » qui provoque la plus grande inquiétude. Que l’on renforce et systématise les sanctions à l’encontre des éleveurs canins et félins et des nombreux propriétaires des chiens et chats irresponsables et cruels, serait un réel soulagement!

Mais ce n’est pas ce qui effraie les lobbyistes de la viande, pensez que si ces lois s’étendent aux porcs, bœufs, vaches, poulets, lapins, etc. l’industrie gigantesque de la viande et du lait serait durement touchée. Ainsi et comme toujours, les intérêts économiques (pour le moins puissants) essayent de l’emporter sur le bien commun.

Pour tous ceux qui comme moi considèrent les animaux comme leurs égaux en tant qu’êtres vivants, il est impossible d’imaginer deux poids deux mesures en ce qui concerne l’attribution d’une qualité d’être. Soit on considère tous les animaux comme des être vivants et sensibles soit on continue de les exploiter.

La vraie faille se trouve donc ici, la place de nos animaux de compagnie (apparentée à des enfants) devient un enjeu de société pour leurs propriétaires, le sort de leur animal et de sa considération. Il n’y a alors qu’un pas pour que l’on exige un traitement équitable de tous les animaux. Comment choisir quels animaux auraient le droit à la considération de leur existence et d’autres non, qui en serait juge, comment le définir ?

Ces questions sont d’ordre philosophiques et sociétales, elles reposent en majeure partie sur nos traditions et notre consommation immodérée de chairs animales, de ce que cela fait subir à notre planète et de ceux qui en font le commerce.

 

Quels enjeux pour l’homme et les animaux ?

Je n’ai pas la vanité de me croire penseur, lettré ou éclairé, cependant de ma place de citoyen qu’est la nôtre, je me pose des questions.

Ceci n’est pas un manifeste du véganisme, ce n’est pas le sujet, mais chacun est acteur de ce monde et finalement les intérêts économiques de certains n’existent qu’à travers nous. Pourtant la réalité est là, en France chaque jour des millions, d’animaux sont tués et maltraités et ce légalement. Certains parleront d’holocauste ou de génocide bien que la frontière entre les deux termes soit plus que mince. L’humanité a-t-elle le droit de traiter les autres espèces avec si peu d’égard ?

Je ne pense pas avoir à faire ma plaidoirie de la défense des chiens et de l’utilité d’une telle loi, je ne tiendrais pas ce blog et je ne ferais pas ce métier autrement. Cependant ce qui me touche c’est la mesure des choses, l’ampleur et les répercussions d’une telle décision.

Notre civilisation basée sur une consommation de masse (cela vaut pour notre sujet et bien d’autres), est en train de compromettre la vie de nos enfants. La grande majorité du réchauffement climatique, de la déforestation, de la famine et de la pénurie d’eau provient de l’élevage intensif/industriel et donc par conséquent du traitement des animaux. Alors si le simple fait d’octroyer et de reconnaître à nos chers poilus des familles le droit d’ETRE, tout simplement, alors je pense qu’un premier pas sera franchi pour le reste des biomasses.

Les animaux en dehors de la chaîne alimentaire, ne s’amusent pas à s’entretuer pour le plaisir. Pour l’homme maltraiter, exterminer ou manger d’autres espèces n’est pas une nécessité mais un plaisir.

 

Conclusion

J’espère donc que ce projet aboutira sur une modification de la loi et par extension à une jurisprudence en matière de défense et de protection de tous les animaux.

Il est évident que modifier les habitudes et les traditions de millions d’individus n’est pas aisé. Mais je me réjouis d’envisager de plus lourdes sanctions à l’encontre de ceux qui agissent contre le bien-être animal.

Pour signer la pétition c’est par ici > http://www.30millionsdamis.fr/agir-pour-les-animaux/petitions/signer-petition/pour-un-nouveau-statut-juridique-de-lanimal-22.html

 

 

 

 

 

2 commentaires

1 ping

  1. simonne a dit :

    Nous avons le même débat présentement au Québec.

    Je nage dans le domaine canin et animalier depuis deja plusieurs années… J’adore les animaux, mais je crois tout de même qu’ils ne méritent pas le statut d’être humain.

    Un statut d’être vivant? .. Mais à ce moment là, comment faire la différence entre la vache que l’on tue a des fins alimentaires et un autre animal de compagnie? Deux statuts différents ?

  2. Beastie Blog Awards a dit :

    En espérant que bientôt nos animaux ne soient plus considérer comme des simples meubles…

    Je me permets aussi de vous informer qu’un concours complètement inédit en son genre vient de débuter. Il s’agit des Beastie Blog Awards, organisés par Yummypets.

    Le but? Donner des fonds aux associations/refuges qui se battent au quotidien pour les animaux afin qu’elles puissent financer leurs besoins et promouvoir leur action.

    Les blogueurs animaliers et les associations/refuges ont jusqu’au 7 avril pour s’inscrire sur cette page. Après cette date, le jury Yummypets sélectionnera 10 blogs et 10 associations dont le combat l’aura particulièrement touché. A partir de là, chacun pourra pour élire son blog et son association préférée !
    L’association et le blog qui auront récolté le plus de votes se verront remettre 3000€, destinés à la protection animale. Le blogueur pourra librement choisir l’association animale ou le refuge à qui il destine son chèque.

    Si cela vous intéresse, vous pouvez vous inscrire sur cette page : http://beastieblogawards.com/

    https://www.facebook.com/beastieblogawards
    https://twitter.com/Beastieblogfr

    A bientôt 🙂

  1. Dominance hiérarchique chez le chien - Une nouvelle vision » Le blog de Patawouf a dit :

    […] « Le statut juridique du chien, du chat et des autres animaux… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.