«

»

Avr
06
2013

Les chiens ont-ils la notion du temps ?

Les chiens ont-ils la notion du temps ?

chien-horloge-temps ?

La notion de temps est une chose assez complexe même pour nous humains. Il s’agit d’une notion qui n’est pas clairement identifiée tant elle est abstraite, à la fois philosophique, culturelle et psychologique ; la notion de temps est considérée comme la 4e dimension de l’espace-temps. De ce fait, tout ce qui existe dans notre univers est soumis au temps. Si pour nous il permet de définir ce que nous fûmes par l’étude de l’histoire notamment, ce que nous sommes par notre vie et ce que nous serons pour donner un sens à notre existence. Qu’en est-il de la relation du chien avec la notion de temps ? En tout premier lieu je vous invite à penser que les chiens, bien qu’intégrés à notre monde n’ont pas la même vision et la même façon d’aborder l’univers qui les entourent que nous.

 

I – Les chiens n’ont pas conscience du temps ( ?)

C’est une idée qui revient très fréquemment, c’est d’ailleurs ce que l’on enseigne le plus souvent, c’est ce que divulgue la pensée commune, etc. J’aimerais cependant et sans prétention essayer d’apporter quelques précisions pour ne pas tout prendre au pied de la lettre.

De nombreux scientifiques et vétérinaires en sont arrivés à cette conclusion car il n’est visiblement pas possible de déterminer si les chiens ont la capacité de se remémorer chronologiquement des évènements. Evidement un chien a une mémoire, celle-ci lui permet « d’exister en tant qu’individu », pourtant c’est la capacité de ces derniers à se projeter dans le futur et/ou à « dater » un évènement passé qui pose problème.

 

II-Les chiens vivraient uniquement dans le présent.

L’idée est que les chiens, comme les autres animaux, ne seraient pas capables de vivre en dehors du présent. Il est très probable que cela soit vrai, toutefois on observe fréquemment que nos chiens adoptent des comportements « suspects » : certains ne peuvent pas rester seuls, d’autres se souviennent d’avoir vu un chien à un endroit précis et s’en souviennent longtemps, etc.

Pour ma part je pense qu’il s’agit avant tout d’un raccourci humain et notre façon d’aborder ces évènements.

Si un chien ne peut pas rester seul c’est qu’il ressent une absence, ce qui est lié au présent -un chien qui se souvient (en fixant, grognant, etc.) même des années après être passé près d’un portail où se trouvait un chien ne veut pas dire qu’il a conscience du temps. Rien ne permet de dire s’il y a déjà pensé autrement qu’en passant devant.

La plupart du temps ces actions font suite à une situation particulière, il s’agit d’une association d’idées ayant abouti à la construction d’un souvenir ou d’un comportement ou des deux. Si l’on considère que les chiens ressentent essentiellement des émotions, il est possible de déterminer que ce sont ces dernières qui dictent leurs actions. Les chiens vivraient donc dans le présent par leur façon d’interagir avec.

 

III- Le chien un animal routinier qui répond à des automatismes.

Je ne dirais pas qu’un chien fonctionne simplement car c’est loin d’être le cas, mais par souci de simplification, je dirais qu’un chien est soumis à des critères d’automatismes l’amenant à des routines. Qu’elles soient psychiques ou biologiques ces routines permettent de se faire une idée de la notion de temps pour un chien.

Un chien peut apprendre sans avoir besoin de savoir quand il a appris, la notion d’apprentissage se détache de la notion de temps dès lors que l’on considère que les capacités et les limites d’apprentissage humain/chien sont liées à des conditionnements. Serait-il par exemple possible d’apprendre à un chien à aller chercher un objet a posteriori d’une commande, sans élément déclencheur, simplement par l’action du temps ? Ce serait à mon sens impossible, la notion de temps est propre au chien, par exemple le chien pourra aller chercher l’objet sur sa propre décision (notion de temps qui lui est propre), par réflexe, par sollicitation ou encore par jeu, etc. On ne peut pas inscrire un mécanisme équivalent à « pense à aller chercher du pain ».

Il y a une différence entre l’écoulement du temps, en avoir conscience et la notion même de temps.

L’automatisme permet au chien de répondre à une commande, à une situation, au-delà de ses émotions.

Un événement peut par exemple déclencher une émotion (ce qui est interne) et susciter une réaction externe. Ce même évènement peut déclencher une émotion relayée par un souvenir suscitant une réaction différente liée au souvenir et à son apprentissage propre.

Exemple :

  • Votre chien en laisse passe devant un portail où un chien vocifère et grogne, votre chien ressent une émotion, peur, neutralité, etc.
  • Un an plus tard votre chien passe une nouvelle fois devant ce portail, il peut l’avoir anticipé par de la peur, de la curiosité, etc. ou être à nouveau neutre.

L’environnement et la situation (pluie, jour/nuit, anxiété de votre part, etc.) permet au chien de calibrer un évènement et de s’en resservir lorsque cela est nécessaire.

Souvenirs et émotions sont assez liés, l’émotion prend forme dans le présent et peut évoquer un souvenir, cependant chez le chien, le souvenir n’existant visiblement pas il est difficile d’imaginer qu’il puisse susciter une émotion sortie de tout contexte révélateur.

Alors qu’en est-il des situations où le chien semble avoir conscience du temps, notamment lors des repas ou des retours.

 

IV-Les effets psychobiologiques dus au temps

La psychobiologie est la prise en compte de la biologie d’un individu sur ses comportements.

Vous avez certainement déjà vu votre chien avoir faim en présentant des comportements particuliers aux heures de repas, même lorsque vous l’avez oublié ou pensé le nourrir plus tardivement ?

L’explication de ce phénomène est à chercher auprès des rythmes biologiques et en l’occurrence ici de rythmes Circadiens. C’est ce que l’on appelle communément une « horloge biologique ». Ce rythme s’évalue sur 24 heures et influe sur un certain nombre de choses. Donc si votre chien a faim à heures fixes c’est que son système digestif est habitué à un certain rythme, l’éveil de l’organe intime la faim, poussant le chien à modifier son comportement pour assouvir ses besoins.

De la même manière on considère qu’un chien ne peut rester seul plus de 7 à 9 heures, ceci pour des raisons biologiques (éliminations, etc.) et sociales.

Si un chien ne peut rester seul, même quelques minutes ce n’est pas une question de temps, mais un trouble du comportement potentiellement créé par des facteurs variés. Un chien manifestant des signes de « solitude » au bout de quelques heures d’absence souffre probablement davantage d’un déficit de contact, d’ennuie ou de manque d’activité.

 

Conclusion

Pour les courageux de la lecture et les adeptes du web et donc du tout tout de suite voici ma conclusion !

Au jour d’aujourd’hui il n’est pas scientifiquement prouvé que les chiens aient une conscience du temps, ils vivraient bloqués dans le présent tout en étant soumis à leurs instincts, émotions et à leur environnement. Pourtant un certain nombre d’éléments permettent de penser que les chiens ont une notion « biologique » du temps par le biais de rythmes organiques liés à la course du soleil, de la prise de nourriture, etc.

 

 

Réflexion

Pour ma part, je n’arrête jamais mes idées sur des fondements immuables : la recherche, l’étude et la compréhension des chiens constituent un travail qui est loin d’être achevé.

Concernant les notions de temps que j’ai abordé dans cet article, j’aimerais apporter quelques réflexions supplémentaires.

Alors cette partie de l’article est pour les petits foufous de lecture, les aficionados de la réflexion, les tontons flingueurs de la pensée, amis scientifiques passez votre chemin…^^

Je pense que la notion de temps n’atteint pas les chiens dans leurs comportements puisque le temps est une notion purement humaine. Cependant dans une vision plus philosophique j’aurais tendance à penser que puisque les chiens ont une conscience, ils doivent être capables de percevoir certaines choses mais ne les expriment pas ou pas encore.

Il ne s’agit probablement que de superstition comportementale, mais je me suis posé cette question : Les chiens seraient-ils capables d’anticiper suffisamment pour que cela ait une notion temporelle ?

Les chiens possèdent plusieurs niveaux de consciences leurs permettant de s’intégrer à des structures sociales complexes et souvent exogènes.

Un chien est par exemple capable d’anticiper une réaction d’un individu ou bien même de la susciter. J’ai fréquemment observé mon Border Collie qui ne joue pas habituellement avec ses congénères entamer des simulacres de jeux avec ma chienne afin d’obtenir certaines faveurs… Cela témoigne d’un certain niveau de conscience d’autrui : le mâle ne joue pas habituellement mais il sait que ma chienne oui, alors il anticipe ses émotions en l’invitant à jouer afin qu’elle soit plus « réceptive » pour d’obtenir ce qu’il veut.

Ce n’est qu’un exemple (mué par des pulsions certes) mais cela se répète en de nombreuses occasions sans même que l’on ne s’en rende compte. Un chien est capable d’adapter son comportement à un individu pour le pousser à réagir comme il le souhaite et en obtenir un avantage.

Sorti du contexte de conscience d’autrui, le fait par exemple que ma chienne, lors de voyages en voiture fasse un arrêt pipi assez fréquemment avant de monter en voiture relève t-il du fait qu’elle sache qu’une valise correspond à un long trajet et donc à une anticipation de sa part ou ne s’agit-il que d’une analyse de notre part sur la situation ?

Il est difficile de déceler ce qui est du volontaire et de l’analyse, mais le fait qu’un chien puisse anticiper une situation (comme le portail un peu plus haut) même si cela est initié par l’environnement et la situation ne serait-il pas le signe d’une prise en compte spécifique de la notion de temps, peut-il s’agir d’un éveil biologique lié à l’évolution et à l’avenir de l’espèce ? Peut-on y entrapercevoir une forme de projection comportementale et donc d’une « idée » de futur à très court terme ?

 

1 commentaire

  1. Malika Bounafaâ a dit :

    Très bonne article, qui nuance la pensée commune qui réduiait les chiens à des automates régit par des pulsions ou des besoins primaires uniquement. Que pensez-vous du notre?

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.